Accueil

Récompensée par le jury des Pépites en 2017, l’entreprise Polyvalente d’Electro Mécanique (PEM) entretient un lien historique avec l’alternance. Située à Breuil-le-Sec, cette structure de 46 salariés spécialisée dans l’étude et la fabrication de machines pour les industries, a formé et accompagné plus de 200 jeunes apprentis en 38 ans. Son dirigeant, Patrick Rosselot, est le nouveau président du jury du concours « Pépites de l’Alternance 2018″.

ROSSELOT Patrick

- Comment avez-vous accueilli le trophée des pépites l’an passé ?
« J’étais fier pour mes gars. Le trophée est exposé dans le hall de l’entreprise, on est contents de cette reconnaissance. J’ai été agréablement surpris, je ne leur avais pas dit que j’avais postulé car je n’y croyais pas trop… On avait été primés il y a six ou sept ans au niveau du département de l’Oise, puis il y a trois ans en Picardie. Je ne pensais pas qu’on aurait la reconnaissance au
niveau de la grande région, mais on nous a dit de postuler, parce qu’on était un peu à part… »
- C’est-à-dire ?
« On est une petite entreprise de 46 salariés et 8 apprentis. L’entreprise est très investie dans la formation des alternants depuis longtemps. Les premiers sont arrivés en septembre 1981, j’ai eu la chance d’avoir deux gamins exceptionnels, c’est eux qui m’ont donné envie de continuer à accueillir des alternants. L’un des deux est d’ailleurs aujourd’hui chef de chantier chez nous. Peut-être que sans eux l’histoire se serait arrêtée là… En 38 ans, on a amené plus de 200 jeunes à un diplôme, on les forme principalement sur les métiers d’électromécanicien, automaticien,
chaudronnier soudeur, tuyauteur soudeur. »
- Quel regard portez-vous sur l’alternance ?
« Quand nos jeunes sortent après deux, trois ou quatre ans en entreprise, c’est incomparable. L’expérience et la pratique du métier qu’ils acquièrent grâce à l’alternance, sont un énorme atout. Les alternants nous apportent aussi un dynamisme dans l’entreprise, une certaine jeunesse qui fait du bien. »

« L’alternance, un pari gagnant » – Benamar Bahlil, président du jury des Pépites de l’Alternance 2017

Titulaire d’une licence AES (Administration Economique et Sociale) complétée d’une formation en gestion et management, Benamar Bahlil est un entrepreneur chevronné. Il a créé en 2001 sa première société de sécurité et il est aujourd’hui à la tête de Luxant Group, une holding regroupant plusieurs filiales dans les services à destination des entreprises (sécurité privée, accueil, formations, nouvelles technologies, conciergerie). Il aura l’honneur et le plaisir de présider le jury des Pépites de l’Alternance 2017 dont le lancement officiel sera effectué le vendredi 25 novembre 2016 sur le Salon de l’Étudiant et de la Formation d’Arras, à 11 h, à Artois Expo.

« L’alternance chez Luxant est un réel atout, elle permet de former des nouveaux talents. Le salarié s’adapte plus vite et plus facilement à la vie de l’entreprise, explique-t-il. C’est une formation combinant une phase pratique et une phase théorique. Là où l’école n’intervient pas, l’entreprise complète (exemple gestion des aléas, gestion des priorités dans le travail…). L’apprenti a l’opportunité d’appliquer ses connaissances théoriques. Il est donc formé à la stratégie réelle de l’entreprise entraînant ainsi une efficacité sans précédent à la sortie de l’alternance. C’est souvent un pari gagnant : l’entreprise s’engage à former l’apprenti en prenant de son temps mais en contrepartie, elle récupère un salarié formé qui s’adapte parfaitement à la culture de l’entreprise. Pour le jeune c’est une véritable passerelle vers l’emploi et l’insertion professionnelle. »


L’entreprise Coddeville, située à Meteren au cœur de la Flandre, est spécialisée dans la rénovation auprès des entreprises, collectivités et particuliers. En 2016, elle a reçu une Pépite de l’Alternance pour récompenser ses  bonnes pratiques en matière d’accompagnement et pour le suivi de ses alternants. Fort  d’un  demi-siècle de savoir- faire dans le bâtiment, Coddeville accueille et forme chaque année des alternants, dont Laurène Duretz (22 ans).

Après un BTS assistante de direction, Laurène a décidé d’effectuer sa Licence professionnelle Conduite de  Travaux (IUT de  Béthune) en alternance, au sein de l’entreprise Coddeville. Elle est aujourd’hui embauchée en CDI en tant qu’assistante technique et de direction.

SON REGARD SUR L’ALTERNANCE
«J’ai adoré cette année en alternance. C’est vrai qu’on apprend beaucoup de choses à l’école mais on se rend compte que ce n’est pas du tout pareil quand on est sur le terrain. On en apprend tous les jours, notamment dans la gestion des imprévus, or l’école ne nous prépare pas pour cela.»

L’ACCOMPAGNEMENT
«Il y a le tuteur qui nous aide énormément : il me faisait des retours et des bilans réguliers, m’apportait des conseils. Il y a aussi tous les collègues sur lesquels s’appuyer. J’ai eu la chance de me sentir toujours bien entourée et de tomber dans une entreprise à taille humaine dans laquelle on connaît tout le monde.»

QUEL BILAN ?
«Ça fait grandir, dans tous les sens du terme. J’ai gagné en maturité et en confiance en moi.
Je pense que cette année d’alternance a contribué à mon embauche dans l’entreprise.
L’employeur va préférer prendre quelqu’un qu’il a formé, qu’il a vu grandir tout au long de
son apprentissage. Ça a joué, c’est certain !»

Retrouvez les Pépites 2016 en images !

1